Enquête « Les apiculteurs et le numérique »

Objectif de l’enquête et profils des répondants

En concevant cette enquête, notre objectif était d’aboutir à une vision d’ensemble du rapport qu’entretiennent les apiculteurs avec le “numérique” au sens large. En effet, si les balances connectées et autres capteurs automatisés semblent être la voie de développement la plus largement empruntée par les acteurs commerciaux de la filière, le domaine des services informatiques (outils d’aide à la décision, logiciels de gestion du cheptel, etc.) semble quant à lui balbutiant. Pour autant, ce type d’outil a largement fait ses preuves dans le monde agricole (cartes de rendement, prévisions météorologiques précises, indice de sécheresse, mais aussi outils de gestion des exploitations, etc.), et semblent extrêmement prometteurs dans le cadre d’une profession apicole étroitement lié à un nombre très important de paramètres extrinsèques (conditions météo, assolement dans l’aire de butinage, qualité des ressources, etc.) et intrinsèques (ensemble des pratiques apicoles). Bien que tout semble encore à inventer, peu d’acteurs investissent réellement dans de tels développements, malgré un nombre d’initiatives portées par de petits regroupements d’apiculteurs (professionnels et / ou amateurs) et d’informaticiens qui témoignent d’un certain intérêt de la part des professionnels. Prévoyant de développer des outils numériques pour accompagner techniquement les apiculteurs dans leurs pratiques, l’ITSAP souhaitait donc connaître les principales attentes des apiculteurs, leurs réticences, mais aussi le rapport qu’ils entretiennent actuellement avec les innovations technologiques liés à leur profession, afin d’imaginer des outils adaptés.

Notre enquête en ligne relative aux attentes des apiculteurs concernant les outils numériques de demain a récolté plus de 400 réponses exploitables. Ce nombre nous semble suffisant pour représenter une base de travail solide, d’une part car notre « échantillonnage » avoisine 10 % des possesseurs de ruches sur le territoire national, et d’autre part car le profil des répondants est représentatif des différents types d’apiculteurs existants à en juger par le nombre de ruches qu’ils possèdent et par les productions qu’ils réalisent (Figure 1). 

NL ITSAP_Apiculture et numérique_fig1
 Figure 1 : Nombre de ruches possédées par les répondants (à gauche) et type de production par répondant (à droite, question à choix multiple). 

 

Au travers de cette enquête, nous souhaitions donc obtenir des éléments de compréhension de cette situation, et en savoir un peu plus sur ce qui pouvait réellement assister les exploitants dans leurs activités. Pour ce faire, nous avons définis 3 axes à explorer : quelles sont les pratiques des apiculteurs concernant la saisie de données, quelles sont leurs attentes, ont-ils des réticences ? 

Les pratiques de saisie de données 

Nous avons donc demandé aux apiculteurs les informations qu’ils relevaient au cours de leurs activités, et de quelle manière (manuscrite, informatique ou les deux). La figure 2 présente les résultats à cette question. 

PNAPI_Enquete_Saisie et données (tous répondants)
Figure 2 : Modalité de saisie des répondants en fonction du type de données.

D’après ce graphique, la collecte de données semble être une pratique relativement répandue chez les apiculteurs. Si certaines informations doivent nécessairement être relevées pour répondre à des impératifs administratifs (notamment pour le registre d’élevage), d’autres témoignent d’une volonté de collecter des informations objectives sur les colonies. La saisie manuscrite reste cependant majoritaire dans la plupart des cas, malgré l’intérêt de disposer d’une version informatique concernant la facilité de consultation des données et leur exploitation (production de graphique, synthèse de nourrissement, etc.). Fait notable, seuls 60 % des apiculteurs ayant répondus à l’enquête réalisent un suivi de l’infestation en colonies en varroas.

Les attentes 

Nous avons ensuite demandé aux répondants de préciser leur intérêt pour différentes fonctionnalités qui pourraient être intégrées dans une plateforme numérique dédiée à l’apiculture. La figure 3 présente les résultats obtenus suite à cette question.  

 

PNAPI_Enquete_Attentes des répondants (tous répondants)
Figure 3 : Attentes des répondants concernant les fonctionnalités à intégrer dans un outil de gestion de l’exploitation.

D’après ce graphique, les fonctionnalités les plus attendues consistent en une exploitation des données assez simple, à savoir des productions graphiques et des tableaux indicateurs (ie somme de nourrissements apportés, production totale, etc.). Cette demande de simplicité est également ressortie des commentaires qui nous ont été adressés avec une volonté de voir naître des objets numériques qui ne tournent pas à « l’usine à gaz ». L’ergonomie (la facilité de prise en main) est ainsi un élément clé pour le succès d’une application numérique. 

Une attente importante concerne également la création de services d’alertes ainsi que le partage de données entre apiculteurs. Ces deux types de fonctionnalités impliquent nécessairement une communication des données de l’apiculteur à des tiers, notamment en ce qui concerne l’emplacement des ruchers (comparaisons localisées, alertes au rucher, etc.). Or, il est communément admis que la géolocalisation des ruches et, de manière plus générale, la confidentialité des données est un sujet sensible et fait a priori parti des réticences des apiculteurs quant à l’utilisation d’une plateforme numérique dédiée à l’apiculture.

Les réticences 

Dans le cadre de notre enquête, 38 % des répondants ont répondu “oui” à la question qui concernait leurs réticences à utiliser une plateforme de gestion du cheptel en ligne, contre 54 % de “non” (8 % ne s’étant pas prononcé). Sous forme de réponse libre, nous avons demandé aux apiculteurs de préciser la nature de leurs réticences, que nous avons ensuite classés dans différentes catégories créées pour l’occasion. 

PNAPI_Enquete_Réticences
Figure 4 : Réticences des apiculteurs vis-à-vis d’une plateforme numérique dédiée à l’apiculture

Parmi les personnes ayant des réticences à l’utilisation d’un logiciel dédié à la gestion d’une activité apicole, la crainte la plus partagée est très clairement le respect de la propriété de leurs données ainsi que l’usage qui pourront être faites de ces données à leur insu. D’une manière plus spécifique, un nombre non-négligeable de réponses concerne la localisation des ruches (nous n’excluons pas le fait que les réponses libres mentionnant de manière générale la propriété des données incluent également cette raison), le caractère sensible de cette information étant généralement admise. En outre, la plupart des autres réticences concernent davantage les aspects pratiques sur le terrain, la plasticité de l’interface (c’est à dire sa capacité à s’adapter à tous les usages faits en apiculture) l’ergonomie (“éviter l’usine à gaz”) et la garantie de pérennité de la plateforme et des données stockées. 

En conclusion 

Il semble que les apiculteurs soient prêts à saisir leurs données dans un outil dédié. En effet, l’enquête nous apprend que nombre d’entre eux pratiquent d’ores et déjà une saisie sur un ordinateur ou autre dispositif informatique, et que la moitié d’entre eux n’ont pas de fortes réticences à utiliser une application adaptée. A leur sens, une telle application doit être avant tout ergonomique, et présenter des fonctionnalités relativement simples leur permettant facilement d’accéder à un historique des informations qu’ils accumulent au long de leur conduite de cheptel. Cette application doit également inclure des fonctionnalités d’alertes (météo, communication d’événements sanitaires, etc.) et donc relayer des informations (ce pourquoi nous parlons plus volontiers de plateforme numérique). En conclusion, une logique participative dans la construction de la plateforme comme en ce qui concerne les conditions générales d’utilisation semble être la voie à privilégier pour le développement afin de créer une plateforme adaptée et digne de confiance.

Après un an de travail sur le projet PNAPI, nous souhaitons donc poursuivre les travaux en créant les conditions de collaboration avec les apiculteurs. Nous sommes actuellement en train d’organiser cette ouverture. Nous communiquerons dès que possible à ce sujet.

Remerciements

Nous tenions à remercier sincèrement toutes les personnes ayant répondu à l’enquête, nombre d’entre elles nous ayant témoigné en commentaire beaucoup de sympathie et d’encouragements. Nous espérons que les services que nous allons petit à petit mettre en ligne (telle que l’application BeeGIS) vous rendront services et vous permettrons de patienter. Ces services ont été conçu comme des outils « indépendants » d’une grande plateforme dédiée à l’apiculture car ils sont autant d’idées qui prennent forme petit à petit. A terme, nous souhaitons faire converger ces éléments afin de proposer une interface cohérente et pratiques aux apiculteurs. Pour autant, c’est d’ores et déjà l’occasion de collecter vos retours et vos idées. Pour chacune, nous allons mettre en place des outils collaboratifs. Nous reviendrons là encore vers vous dès que nous serons prêts !

Dernière mise à jour

2020-01-31 09:58:22