RésAPI

Mise en place d’un réseau prototype de ruchers ateliers

Projet porté par l’ACTA, co-piloté par l’ACTA et l’ITSAP-Institut de l’abeille.

Enjeux

Les apiculteurs s’accordent à dire que les pertes hivernales de colonies ont fortement augmenté depuis une quinzaine d’années. Les résultats obtenus par l’enquête sur les pertes hivernales de l’ITSAP-Institut de l’abeille depuis 2009 ont mis en évidence deux principaux facteurs de risque : la stratégie de traitement contre Varroa et l’état des populations à la mise en hivernage. Ainsi, l’évaluation des populations à la mise en hivernage, basée sur une estimation qualitative des apiculteurs, est significativement liée aux niveaux de pertes à la sortie d’hivernage. Par ailleurs, d’autres approches basées sur des analyses au niveau individuel (abeilles), utilisant des marqueurs physiologiques ou des analyses sanitaires, sont actuellement développées pour prévoir la capacité des colonies à passer l’hiver ( Genersch et al., 2010 ; Dainat et al., 2012 ).

Objectifs

RésAPI se donne pour objectif, à l’aide d’une approche innovante basée sur une « chaîne » d’observateurs apiculteurs-techniciens-scientifiques, de :

  • mieux comprendre l’état de faiblesse des colonies en pré-hivernage à l’aide d’une approche globale intégrant plusieurs facteurs explicatifs du rucher à la population ;
  • éprouver en conditions réelles des méthodes d’analyses de l’état de santé des ouvrières (marqueurs physiologiques), développés par la recherche en laboratoire ;
  • mettre en place et éprouver de nouveaux outils de concertation entre apiculteurs, agents du développement apicole, scientifiques apidologues et biostatisticiens.

Description

Le projet RésAPI va permettre d’établir le profil démographique des colonies, qui ne survivent pas à l’hiver et le profil physiologique et sanitaire de leurs ouvrières. D’autre part, il identifiera les pressions s’exerçant sur ces colonies, qui peuvent expliquer leur faiblesse, entraînant leur mort au cours de l’hiver.

Plusieurs approches sont utilisées :

  • au niveau du rucher : description des pratiques apicoles et de l’environnement des ruchers au cours de la saison ;
  • au niveau de la colonie : description des colonies au cours de la saison et à la mise en hivernage, évaluation de la pression Varroa avant et après le traitement de fin de saison et recherche de résidus de pesticides dans les réserves de pain de pollen ;
  • au niveau individuel : analyse des abeilles d’hiver afin de décrire leur profil concernant les marqueurs de leurs états physiologique et sanitaire (Varroa, Nosema, virus).

Un aspect important de ce projet réside dans la concertation, indispensable pour sa mise en œuvre comme pour sa réalisation. L’implication des apiculteurs est un point essentiel pour identifier les ruchers les plus opportuns pour notre étude et accéder aux informations nécessaires concernant les itinéraires de transhumance et les opérations apicoles.

Les résultats permettront d’identifier des situations amenant les colonies dans un état critique à la mise en hivernage et participeront à la validation de critères permettant d’évaluer l’aptitude des colonies à passer l’hiver.

Calendrier prévisionnel

Réalisation : avril 2012 à mars 2015

Dernière mise à jour

2014-07-29 12:04:14

L'expertise technique et scientifique

au service de la filière apicole