POLAPIS

Optimisation de la pollinisation d’une culture par les abeilles domestiques et sauvages : approche intégrée de la gestion du cheptel et de la conduite des colonies

Objectifs

Le projet POLAPIS, piloté par Bernard Vaissière (INRA Avignon/UMT PrADE) vise des objectifs fondamentaux, pour comprendre les mécanismes de la pollinisation d’une culture avec la présence conjointe de colonies d’Apis mellifera et d’abeilles sauvages, et des objectifs appliqués pour permettre une gestion raisonnée du cheptel par les apiculteurs qui pratiquent la pollinisation des cultures et les agriculteurs qui font appel à leurs services.

Description

© ADAPIC/E. Breyne
© ADAPIC/E. Breyne

La méthode proposée consiste à analyser la charge en pollen des stigmates (intensité de pollinisation) sur une culture cible – le colza d’hiver porte-graine Brassica napus en production de semence hybride – pour obtenir les données qui permettront de développer une véritable approche intégrée de la pollinisation de cette culture avec les abeilles domestiques et la faune sauvage.

La distance des parcelles d’étude à des surfaces de milieu semi-naturel (prairies permanents et zones boisées) sera utilisée pour moduler l’abondance de la faune sauvage et on fera varier la gestion du cheptel apicole (charge en colonies/ha de culture cible) et sa conduite (nourrissement au pollen) par des apiculteurs pollinisateurs professionnels pour atteindre les trois objectifs suivants :

  1. déterminer l’efficacité pollinisatrice individuelle des principaux insectes pollinisateurs du colza porte-graine en production de semence hybride en tenant compte du type de ressource butinée (butineuses strictes de pollen, strictes de nectar ou mixtes). La charge en pollen des stigmates obtenue après une visite de chaque espèce et chaque type de butineuse permettra de mesurer l’activité pollinisatrice des abeilles sauvages et mellifères, et d’orienter la conduite des colonies pour maximiser leur activité pollinisatrice ;
  2. mettre au point et valider une méthode objective pour déterminer la charge en unités opérationnelles d’abeilles mellifères par ha de culture cible pour optimiser la pollinisation ;
  3. acquérir des références technico-économiques à l’échelle de l’exploitation sur la conduite de ce chantier de pollinisation.

L’ANAMSO [1] (et l’UFS [2] par le biais des actions spécifiques du GNIS [3]) est partenaire de ce projet à travers le co-financement d’une bourse de thèse CIFRE.

L’ITSAP-institut de l’abeille a pour tâche, avec les ADAs, de participer aux actions techniques et diffuser leurs résultats et, avec l’aide de l’ENFA [4]), de mener le volet technico-économique spécifique à la gestion du cheptel en vue des prestations de services chez les agriculteurs multiplicateurs, en enquêtant chez des apiculteurs pollinisateurs sur leurs pratiques, leurs stratégies et les règles de décisions qu’ils appliquent lors de la préparation des colonies.

  1. Association nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences oléagineuses []
  2. Union française des semenciers []
  3. Groupement national interprofessionnel des semences et des plants []
  4. École Nationale de Formation Agronomique (UMR LEREPS []
Dernière mise à jour

2017-06-08 14:37:43

L'expertise technique et scientifique

au service de la filière apicole