Mise en place de la lutte contre le frelon asiatique Vespa velutina

Les ministères chargés de l’Agriculture et de l’Écologie ont récemment reconnu le caractère nuisible du frelon asiatique, ce qui permet aux administrations et à la filière apicole de se pencher sur l’harmonisation des méthodes, afin de proposer les bases d’un programme collectif volontaire de prévention et de lutte.

Concertation de la filière pour organiser la lutte

illustFrelonAsiatiqueDepuis sa première détection en 2005, le développement du frelon asiatique Vespa velutina (Lepeletier, 1836) génère une pression sans cesse croissante sur le cheptel apicole français. Face à cette situation, les nombreuses initiatives de lutte et de recherches n’ont pas été réalisées dans un cadre coordonné permettant d’évaluer l’impact de la lutte sur la préservation de l’activité apicole.

V. velutina a été classé cet hiver comme danger sanitaire de deuxième catégorie pour l’apiculture [1] et espèce exotique dont l’introduction est interdite [2], permettant à l’autorité administrative de définir des actions de surveillance, de prévention et de lutte. Un groupe de travail réunissant divers acteurs de la recherche, de la filière apicole et de la lutte contre V. velutina a donc été constitué par les ministères de l’agriculture (MAAF) et de l’écologie (MEDDE) afin de définir des actions de lutte à mettre en œuvre dans le cadre du programme collectif volontaire, présenté récemment dans une note de service [3].

Au sein de ce groupe de travail, l’ITSAP-Institut de l’abeille est en charge du recensement des méthodes de lutte, de leur évaluation et de la diffusion d’informations. Il a, entre autres, été chargé de rédiger, sur la base de l’expérience des différents participants, des fiches techniques sur les méthodes de lutte faisant consensus (piégeage de protection du rucher, destruction des nids). Devant la diversité des méthodes de piégeage évoquées par le groupe de travail, il s’est également vu confier l’élaboration d’un protocole visant à évaluer leur efficacité et leur sélectivité.

Les méthodes de lutte proposées par le groupe de travail sont détaillées dans les fiches techniques Piégeage de protection du rucher et Destruction des nids.

L’ITSAP-Institut de l’abeille en charge de l’évaluation de méthodes de lutte

Cette étude, conçue en collaboration avec le Museum National d’Histoire Naturelle (MNHN) suivant les consensus du groupe de travail, se déroulera entre août et novembre 2013 en région Midi-Pyrénées. Sa réalisation sera menée par l’ITSAP-Institut de l’abeille, en collaboration avec l’Association pour le développement de l’apiculture en Midi-Pyrénées (ADAM), dans des ruchers d’apiculteurs.

Deux types de dispositifs expérimentaux sont prévus. Le premier vise à :

  1. évaluer les différents modes de piégeage sur l’efficacité la capture de V. velutina ;
  2. évaluer leur sélectivité sur l’entomofaune présente au rucher ;
  3. déterminer les fluctuations des captures dans le temps.

 

Pour ce faire, sept modalités de piégeage différentes (pièges nasse et dôme associés à des appâts sucrés, protéiques, et « jus de cirier », ainsi que le piège et l’appât commercial de Veto-Pharma) seront disposées simultanément et dans des conditions identiques dans des ruchers de l’essai. Les observations comparatives du nombre d’insectes capturés (V. velutina et insectes non cibles) permettront d’établir quelles modalités sont les mieux adaptées à la protection du rucher.

Le second dispositif expérimental vise à évaluer dans des conditions pratiques d’apiculture l’efficacité du piégeage sur la préservation de l’activité de butinage et de la claustration des colonies. Pour ce faire, des pièges nasse associés à un appât sucré, protéique, ou « jus de cirier », seront disposés dans des ruchers différents. En plus des effectifs de V. velutina capturés, des mesures du nombre de V. velutina présents devant les ruches, du comportement et de la dynamique de croissance des colonies d’abeilles seront réalisées. Leur comparaison avec des ruchers témoins sans piégeage permettra d’évaluer l’efficacité des méthodes de lutte.

Ces résultats permettront de préciser et d’optimiser les préconisations de lutte pour l’année 2014.

Recommandations à l’issue des tests réalisés (septembre à novembre 2014)

Quoique contraignante, l’utilisation d’appâts protéiques à base de poisson frais a montré de fortes capacités de capture de V. velutina en début de campagne de piégeage et des niveaux de sélectivité élevés. En fin de campagne, les modalités dotées de l’appât sucré commercialisé par Véto-pharma se sont révélées à la fois mieux adaptées et moins contraignantes. Par contre, elles présentent des niveaux de sélectivité plus faibles, en particulier vis-à-vis du frelon européen V. crabro et des abeilles mellifères A. mellifera.
L’emploi d’un appât protéique (à base de poisson) devrait être privilégié dès que l’activité de butinage des abeilles est perturbée par la prédation de V. velutina, et maintenu jusqu’à une diminution des captures. Son remplacement par un appât Véto-pharma permettra de poursuivre efficacement le piégeage jusqu’en fin de saison. Compte tenu de la variabilité du comportement de V. velutina entre années et entre régions, il n’est pas possible de préciser la date à laquelle l’appât protéique doit être remplacé par l’appât sucré. Le choix de l’appât devra donc être adapté au comportement alimentaire de V. velutina ainsi qu’à la disponibilité des apiculteurs pour l’entretien des pièges.
L’évaluation de la capacité du piégeage à préserver les colonies d’abeilles de la prédation exercée par V. velutina a été effectuée dans des conditions de pratiques de production, avec des densités de piège élevées. Cependant, les résultats obtenus dans des conditions de faible pression comme de forte pression n’ont révélé aucune capacité des pièges testés à préserver les colonies d’abeilles de la prédation de V. velutina.

Les comptes rendus détaillés des expérimentations sont consultables ici :

Compte rendu de l’expérimentation 2013

Compte rendu de l’expérimentation 2014

Liens vers d’autres parutions de l’ITSAP – Institut de l’abeille – intégrant des informations sur le frelon asiatique :

Lettre de l’ITSAP n°6 août 2013 : Mise en place de la lutte contre le frelon Vespa velutina

Lettre de l’ITSAP n°7 novembre 2013 : Le dioxyde de soufre autorisé contre le frelon asiatique

Lettre de l’ITSAP n°9 juillet 2014 : Dossier Évaluation des moyens de lutte contre le frelon asiatique Vespa Velutina et Le SO², une solution efficace pour lutter contre Vespa velutina ?

 

Contact : Sophie Pointeau

  1. Arrêté du 26 décembre 2012 relatif au classement dans la liste des dangers sanitaires du frelon asiatique – ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt []
  2. Arrêté du 22 janvier 2013 interdisant sur le territoire national l’introduction de spécimens du frelon à pattes jaunes Vespa velutina – ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie []
  3. Note de service DGAL/SDSPA/N2013-8082 du 10 mai 2013 – ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt []
Dernière mise à jour

2016-04-04 15:16:48