Ravageurs et maladies

Sophie POINTEAU – Mai 2017

Le piégeage de printemps consiste en l’installation de dispositifs de piégeage de masse ciblant la capture des reines du frelon à pattes jaunes, Vespa velutina (dit frelon asiatique), pendant la période de fondation des colonies. En piégeant les reines fondatrices, cette méthode vise à réduire les populations de V. velutina. Elle repose sur l’utilisation de pièges de type « nasse » ou « cloche » dans lesquels sont placés des appâts alimentaires sucrés.

A l’heure actuelle, il n’existe pas de preuve de l’efficacité de cette méthode comme moyen de régulation des populations de V. velutina. Les évaluations disponibles montrent un faible rendement en captures de frelons et un manque de sélectivité du dispositif de piégeage conduisant à des dommages collatéraux sur l’entomofaune locale[1,2]. Le doute ainsi occasionné concernant le bénéfice de cette méthode au regard de son coût environnemental avait conduit à son exclusion comme préconisation de lutte dans la note de service du Ministère de l’Agriculture du 10 mai 2013[3].

Bien que non préconisé, le piégeage de printemps est pourtant utilisé dans certains départements. En effet, il est jugé efficace par les réseaux de lutte locaux qui constatent empiriquement une réduction de la présence de nids dans les zones de piégeage de printemps. Ces affirmations ne s’appuient toutefois sur aucune étude scientifique.

Devant la nécessité d’évaluer rigoureusement l’efficacité du piégeage de printemps, l’ITSAP-Institut de l’abeille a initié depuis janvier 2016 une étude visant à quantifier son impact réel sur les colonies de V. velutina, et à évaluer sa capacité à réguler les populations et la pression de prédation dans les ruchers. Cette étude est conduite sur plusieurs années et sur une vaste zone, unique moyen de réaliser une évaluation d’impact valable. Ces travaux sont menés en collaboration et avec l’appui scientifique du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN).

image001

1. Une étude basée sur la science collaborative

L’étude est réalisée dans trois départements : Vendée (85), Morbihan (56) et Pyrénées-Atlantiques (64). Il n’y a pas d’incitation au piégeage mais celui-ci étant pratiqué, l’étude consiste à réaliser un suivi précis et rigoureux de l’effort de piégeage et des captures ainsi que de l’évolution du nombre de nids et de la pression de prédation. Pour cela, l’ITSAP et le MNHN demandent la remontée la plus exhaustive possible des informations suivantes :

1- le nombre et la localisation des pièges et des fondatrices piégées au printemps,
2- le nombre et la localisation des nids observés tout au long de la saison,
3- le niveau de pression de prédation des frelons à pattes jaunes dans les ruchers.

Un important degré de précision quantitative et spatiale est demandé puisque les relations spatio-temporelles entre ces variables seront étudiées.

L’étude se base sur un principe de science collaborative en s’appuyant sur des réseaux de participants bénévoles pour l’acquisition et la transmission des données sur l’ensemble des trois départements et sur plusieurs années.

L’ITSAP s’appuie sur des structures partenaires locales chargées de mobiliser et d’organiser les réseaux de participants bénévoles à l’échelle des départements, et de centraliser les données qu’ils collectent et transmettent grâce aux documents fournis par les scientifiques (voir Tableau 1).

Tableau 1. Structures partenaires à contacter pour participer à l’étude.

Départements

Morbihan

Vendée

Pyrénées-Atlantiques

Structures partenaires

FDGDON Morbihan

FDGDON Vendée

ADAAQ (inscription)

image003 image005 image007

Les participants bénévoles sont principalement des apiculteurs des groupements de défense sanitaire apicole (GDSA) et des entreprises de désinsectisation qui détruisent les nids. Les municipalités complètent le recensement des pièges et des nids en communiquant auprès des administrés pour identifier des actions de piégeage d’initiative personnelle et de signalements de nids détruits ou non (Tableau 2).

L’ITSAP et le MNHN réalisent aussi un inventaire de nids en fin d’année dans les trois départements. Il est destiné à compléter celui fourni par les structures partenaires locales qui englobe essentiellement des signalements de nids détruits sans doute fortement influencés par la fréquentation des lieux et le risque associé à la présence de frelons. Notre démarche vise donc à évaluer et corriger ces biais en réalisant des prospections intensives de nids non détruits dans des zones échantillons au moment où ceux-ci deviennent visibles après la chute des feuilles des arbres.

Tableau 2. Récapitulatif des principales sources de collecte de données.

Piégeage des fondatrices

Inventaire des nids

Pression de prédation au rucher

Réseaux de piégeage de printemps :

GDSA 56, GDSA 85

– municipalités

Initiative individuelle apiculteurs
et/ou particuliers

Autres projets impliquant du piégeage
de printemps : Projet EuroFrelon

Réseaux de destruction de nids :

– entreprises de désinsectisation

– municipalités

Initiative individuelle apiculteurs
et/ou particuliers

Signalements sur le site du MNHN

Signalement sur le formulaire en ligne
ITSAP (cf. Tableau 3)

Inventaire terrain ITSAP / MNHN

GDSA 56,

GDSA 85

2. Que faire si vous habitez dans l’un des trois départements de l’étude ?

2.1. Vous faites du piégeage de frelon à pattes jaunes au printemps ?

Votre participation est essentielle pour un recensement rigoureux des actions de piégeage dans votre département, nous garantissant ainsi des résultats fiables. Piéger sans nous transmettre le nombre et la localisation de vos pièges, le type de pièges et d’appâts et le nombre de fondatrices capturées fragilise notre travail et risque de biaiser nos conclusions sur l’efficacité de cette méthode lutte. Voir Tableau 3, Piégeage des fondatrices.

2.2. Vous avez observé un nid de frelons à pattes jaunes ?

Il est essentiel de le signaler en indiquant certaines caractéristiques (support, diamètres/hauteur, date d’observation et le cas échéant de destruction) et sa localisation la plus précise possible afin de nous permettre de le cartographier et de trier les éventuels doublons. Voir Tableau 3, Inventaire des nids.

2.3. Vous êtes apiculteur et vous observez des frelons devant vos ruches ?

Un suivi du niveau de pression de prédation (nombre de frelons devant les ruches, comportement et survie des colonies d’abeilles) peut donc être réalisé sur votre rucher soit par vous-même soit, avec votre autorisation, par un technicien de la structure partenaire de votre département. Voir Tableau 3, Pression de prédation au rucher.

Dans tous les cas, mettez-vous en relation avec la structure partenaire de votre département pour transmettre vos données (Tableau 1). Les contacts locaux (adresse postale et e-mail) ainsi que les données attendues et les modalités pour leur transmission sont détaillés dans les documents produits par les scientifiques de l’ITSAP et du MNHN. Vous trouverez dans le Tableau 3 les liens de téléchargement vers ces documents (protocoles, documents de saisie sur le terrain et notice d’accompagnement, formulaires de transmission des données en ligne).

Vous trouverez également une fiche d’aide à l’identification du frelon à pattes jaunes en cliquant sur ce lien :

image009

Tableau 3. Protocoles et documents de saisie des données (bien lire le protocole et la notice explicative avant de saisir vos données).

Départements

Morbihan

Vendée

Pyrénées-Atlantiques

Piégeage de printemps

(février-mars à mai)

Protocole expérimental 

Notice explicative

Fiche pour terrain 

Formulaire en ligne

Protocole expérimental

Notice explicative

Fiche pour le terrain

Formulaire en ligne

Protocole expérimental

Notice explicative

Fiche pour le terrain

Formulaire en ligne

Inventaire des nids

(toute l’année)

Notice explicative

Tableau d’inventaire

Formulaire en ligne

Notice explicative

Tableau d’inventaire

Formulaire en ligne

Notice explicative

Tableau d’inventaire

Formulaire en ligne

Pression de prédation au rucher

(août à mi-octobre)

Protocole expérimental

Notice explicative

Fiche pour le terrain

Formulaire en ligne

Protocole expérimental

Notice explicative

Fiche pour le terrain

Formulaire en ligne

Protocole expérimental

Notice explicative

Fiche pour le terrain

Formulaire en ligne

En cas de question vous pouvez également contacter directement , chargée de projet à l’ITSAP pour la lutte contre le frelon à pattes jaunes.

Références

[1] Rome Q., Muller F., Théry T., Andrivot J., Haubois S., Rosenstiehl E., Villemant C. 2011. Impact sur l’entomofaune des pièges à bière ou à jus de cirier utilisés dans la lutte contre le frelon asiatique. In: Barbançon, J-M. and L’Hostis, M. (eds) Proceedings of the Journée Scientifique Apicole –11 February 2011, Arles, pp 18-20.
[2] Monceau K., Bonnard O., Thiéry D. 2012. Chasing the queens of the alien predator of honeybee: a water drop in the invasiness ocean. Open Journal of Ecology (2): 183-191.
[3] Note de service DGAL/SDSPA/N2013-8082 du 10 mai 2013 – ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

Dernière mise à jour

2015-09-09 16:46:07

L'expertise technique et scientifique

au service de la filière apicole