Que faut-il écrire sur l’étiquette d’un pot de miel, de pollen ou de gelée royale ?

Pour que l’étiquette soit compréhensible, lisible et sans ambiguïté pour le consommateur, certaines mentions d’étiquetage sont obligatoires, d’autres facultatives et d’autres interdites.

L’étiquetage permet d’assurer l’information du consommateur et d’assurer la traçabilité du produit jusqu’à sa commercialisation. C’est le metteur en marché qui est responsable de l’étiquetage de ses produits. Aussi, l’apiculteur qui vend des pots de miel (ou de pollen ou de gelée royale) destinés au consommateur doit respecter les règles d’étiquetage qui s’appliquent à tous les aliments en général et au miel en particulier.

Quelque-soit le produit, il est obligatoire d’indiquer :

  • Une dénomination de vente
  • La quantité nette
  • La Date limite d’utilisation optimale (DLUO) (« à consommer de préférence avant … »)
  • Le nom ou la raison sociale et l’adresse du fabricant, ou du conditionneur ou d’un vendeur,
  • Le numéro de lot (sauf si la DLUO fait office de numéro de lot)
  • Le lieu d’origine ou de provenance pour le miel (pour le pollen et la gelée royale, c’est obligatoire seulement s’il y a un risque de confusion sur l’origine réelle du produit).

Il est important de ne pas induire le consommateur en erreur. Par exemple, les mentions « miel naturel », « pur miel », « 100% naturel » sont interdites car par définition tous les miels ont ces caractéristiques.

D’autres indications peuvent compléter ce qui est écrit sur l’étiquette, comme par exemple l’origine florale (« miel de châtaigner »), l’origine géographique (« miel de montagne »), ou des caractéristiques organoleptiques (« miel crémeux »), à conditions qu’elles soient justifiées.

Par ailleurs, le pollen et la gelée royale peuvent nécessiter des précautions particulières de conservation ou d’utilisation qui peuvent être indiquées sur l’étiquetage. Si ces produits ont été congelés puis décongelés, cela doit être mentionné.

D’autre part, les produits sous signe de qualité (AOP [1], IGP [2], Label Rouge, Agriculture biologique) doivent respecter certaines particularités en termes d’étiquetage.

Pour en savoir plus, consulter la fiche H9 du Guide des bonnes pratiques apicoles : Respecter la réglementation sur l’étiquetage des produits de la ruche.

Aller plus loin

  1. Appellation d’origine protégée []
  2. Indication géographique protégée []
Dernière mise à jour

2015-09-17 17:09:51

L'expertise technique et scientifique

au service de la filière apicole