Néonicotinoïdes et abeilles : la désorientation des individus confirmée en plein champ, la colonie adapte sa stratégie

INRA Laurent GUILBAUD_web   Une nouvelle étude en plein champ conforte les essais en laboratoire sur les risques de désorientation des abeilles exposées au traitement des semences de colza au thiaméthoxame. L’étude révèle que la proximité des parcelles traitées diminue l’espérance de vie des butineuses. En réponse à cette surmortalité, les colonies modifient leur stratégie de production de couvain de façon à privilégier le renouvèlement des ouvrières. Cette étude soulève de nouvelles pistes de recherches pour l’évaluation des risques toxicologiques sur le terrain. Menée par l’Inra, Terres Inovia, le CNRS, l’ITSAP-Institut de l’abeille et ACTA, l’étude a été publiée le 18 novembre 2015 dans la revue Proceedings of the Royal Society B.


 Le point de départ de ce nouveau travail est une double recommandation de l’Anses suite aux premiers résultats publiés en 2012 (Henry et al.)[1] concernant les effets toxiques des insecticides néonicotinoïdes : d’une part, vérifier ou infirmer en conditions d‘exposition réelles, au champ, l’impact de la pratique d’enrobage des semences avec certains insecticides sur la mortalité des abeilles pollinisatrices et d’autre part, préciser ses effets sur les performances des colonies, données souvent absentes des évaluations précédentes…

Pour en savoir plus…

 

 

 

Dernière mise à jour

2015-12-02 08:59:29