Auto-saisine de l’Anses : co-exposition des abeilles aux facteurs de stress

L’année 2012 a été marquée par la publication de nombreux travaux scientifiques qui rapportaient l’action délétère de produits phytosanitaires sur la santé des Apoidea. Rapidement saisie par les autorités, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié plusieurs avis…

28/04/2014

Conformément à la norme NFX 50-110, un avis est une « opinion résultant d’une analyse ou d’une évaluation, en réponse à la question posée et n’ayant pas force de décision, formulée par l’organisme d’expertise sur la base des éléments connus du ou des experts et en l’état actuel des connaissances ». Il est établi par l’Anses en vue de supporter la décision publique en s’appuyant sur les conclusions d’un groupe d’experts indépendants et de son comité d’experts spécialisé ad hoc.) relatifs à ces travaux, notamment ceux qui mettaient en évidence l’effet chronique de doses sublétales d’insecticides sur la physiologie ou le comportement des abeilles domestiques ((Avis 2012-SA-0233 [DER] et 2012-SA-0333 [DPR] concernant l’article de Vidau et al. (2011) et Avis 2012-SA-0092 [DPR] concernant Henry et al. (2012). Dans ces avis, les recommandations émises rejoignaient en partie celles rapportées par l’Afssa en 2009 ((Mortalités, effondrements et affaiblissements des colonies d’abeilles, Afssa 2009), qui soulignaient déjà la nécessité de prendre en compte dans l’évaluation du risque, la toxicité chronique des pesticides et leur interaction avec d’autres cofacteurs de stress (e.g. les parasites et agents infectieux). C’est pourquoi, la Direction de l’évaluation des risques de l’ANSES (ANSES-DER) a souhaité former un groupe de travail multidisciplinaire avec, comme mission, d’établir un rapport sur la « Co-exposition des abeilles aux facteurs de stress ».

Suite à un appel à candidatures d’experts public, l’ANSES a constitué en début d’année, un groupe de travail composé de vétérinaires et de scientifiques (dont quatre membres de l’UMT PRADE ((Unité mixte technologique Protection des abeilles dans l’environnement) spécialisés en apidologie, en biologie de l’abeille (physiologie, toxicologie, pathologie), en épidémiologie et en modélisation. Depuis, ce groupe de travail se réunit tous les mois afin d’accomplir une revue les études portant sur les interactions entre différents facteurs de stress, une revue des mécanismes potentiellement impliqués dans ces interactions ainsi qu’un état des lieux sanitaire du cheptel apicole français. L’objectif de ces travaux est d’analyser et de synthétiser l’ensemble des connaissances disponibles sur les facteurs de stress afin de préciser leurs rôles respectifs dans les phénomènes de mortalité et d’effondrement des colonies d’abeilles. Un effort particulier est mis sur l’étude des mécanismes d’actions à l’origine d’effets délétères additifs ou synergiques pour la santé des abeilles. La modulation de ces effets par d’autres variables comme les pratiques apicoles, la nutrition, la génétique et le climat est également considérée.

À l’issue de cette synthèse, le groupe de travail devra déterminer si l’élaboration de nouvelles méthodes d’évaluation des produits phytosanitaires prenant en compte leur toxicité chronique et leur interaction avec les agents infectieux est pertinente et envisageable et de proposer s’il y a lieu, des protocoles d’étude adaptés et des recommandations en terme de recherches et de pratiques apicoles et agricoles.

Contact : Cyril Vidau

Dernière mise à jour

2015-07-09 14:57:10